BHL le fait, ben alors pourquoi pas moi ? ! (Blog Notes # 1)

Publié le par Nicolas Honoré

Chaque semaine, Bernard-Henry Lévy, le « milliardaire pseudo-philosophe » dixit JP Chevènement, nous inflige son bloc-notes dans Le Point. Si un tel minus de la pensée peut se permettre de donner son avis sur tout et n'importe quoi, eh ben moi, blogueur lambda, pourquoi ne prendrais-je pas aussi ce droit, na ?
 
Allez on commence, en vrac, c'est la loi du genre...
 
Val, encore lui?

On attaque super sérieux ;-)
J'ai évoqué ici même à deux reprises la tenue du désormais fameux « procès des caricatures » qui oppose des organisations islamiques au journal satirique Charlie Hebdo. La fin de mon précédent post mettait en doute l'honnêteté intellectuelle de Philippe Val, le directeur de Charlie. Plus les jours passent, plus j'y réfléchis, plus je lis d'articles sur cette affaire, plus je me dis qu'il est vraiment trompeur de se ranger derrière la fausse bannière de la « liberté d'expression » chère à M. Val. J'ai particulièrement été troublé par un article  écrit par le très controversé Thierry Meyssan, directeur du Réseau Voltaire et auteur de l'ouvrage « L'effroyable imposture » , qui mettait à mal la version officielle des attentats du 11 septembre. Cet article met en lumière les non-dits de « l'affaire », les coulisses d'une opération qui a semble-t-il été montée par des propagandistes de la théorie du « choc des civilisations ». Au passage, Meyssan démontre que la fameuse caricature de la bombe dans le turban ne peut en aucun cas représenter Mahomet. Extrait :
"Selon le Jyllands-Posten, cet homme serait Mahomet et le dessin brocarderait les extrémistes qui se réclament de ce prophète pour pratiquer le terrorisme. Or, sur le turban du personnage, on peut lire la profession de foi des musulmans : « Dieu est grand et Mahomet est son prophète ». Le personnage n'est donc en aucun cas Mahomet lui-même, mais un musulman emblématique. Le turban-bombe vise à associer son image et celle du terroriste. Ce message stigmatise les musulmans dans leur ensemble et constitue un appel à la haine normalement sanctionné par la loi dans toute société démocratique."
Pour revenir au sieur Val, je ne peux pas ne pas parler de cette petite anecdote qui en dit si long sur le personnage. Il y a quelques années de cela, Val, avec d'autres membres de son journal (dont la journaliste Mona Chollet  qui a d'ailleurs quitté Charlie et est devenue très critique envers Val) participait à une rencontre organisée par l'Ecole de Journalisme de Lille. Soutenant avec une grandiloquence sonnant légèrement faux que Charlie était le dernier organe de presse « résistant », j'ai profité de la séance de questions pour interpeller Mister Val et lui faire remarquer que s'attribuer le monopole de la "résistance" était tout de même un peu exagéré. Que n'avais-je pas dit là...  Je ne sais plus exactement ce qu'il m'a répondu, mais en revanche je me rappelle nettement la tonalité extrèmement méprisante de sa "réponse". Ce type semble faire un complexe de supériorité absolument délirant. Alors Philippe Val grand humaniste, à d'autres... D'ailleurs, il semblerait qu'il fasse de plus en plus copain-copain avec cet autre grand penseur dont j'ai parlé en ouverture de ce post. Qui se ressemble...

 
Sarko « l'Américain » ne boit pas de vin...
 
Sans transition... D'après la Revue du Vin de France (RVF), Sarkozy serait "le seul des candidats à la magistrature suprême à fuir l'onction bachique." Il aurait aussi déclaré sur TF1 : "Je vais vous dire un truc qui va vous décevoir, je ne bois pas de vin. Enfin je ne bois pas d'alcool plutôt."
Eh bien je vais vous dire, moi ça ne m'étonne absolument pas. Je vais être super caricatural, mais tant pis : Sarkozy pour moi c'est le candidat des DRH, de la déshumanisation avancée, le candidat de l'Homme Nouveau, tout beau, tout propre, sportif, qui fume pas, qui boit pas. Sarkozy c'est le cauchemard totalitaire, c'est dit ! Mais ce qu'il y a d'incroyablement pervers chez le bonhomme, c'est qu'il est assez habile pour "faire croire le contraire", notamment lorsqu'il emploie un langage "politiquement incorrect'". Ce qui fait de lui un ultra démagogue, ultrapopuliste...
Brrr, sujet suivant...
Dieudonné condamné
 
Dieudonné a donc perdu son procès et a été condamné cette semaine, pour "injure raciale". Il avait déclaré : "Les juifs, c'est une secte, une escroquerie, c'est une des plus graves parce que c'est la première." Personnellement, si j'entends "une secte, une escroquerie", je pense avoir affaire à une critique de la religion, et donc en l'occurence à une critique de la religion juive. Mais le tribunal a estimé que non, que derrière "les juifs" il y avait la critique du "peuple juif" et non de la religion hébraïque. A voir... Mais la condamnation de Dieudonné est tout de même à replacer dans un contexte, dans une ambiance générale de droitisation et de "sionisation des esprits". On s'apprête à relaxer Charlie Hebdo, mais on condamne Dieudonné. Le vent souffle décidément du côté des sionistes qui "tapent sur les musulmans". Inquiétant là aussi.


La droitisation des intellos
 
Et donc on enchaîne très légitimement sur cette droitisation des intellectuels, sujet qui a fait la une du Nouvel Obs de cette semaine. Sarkozy (on reparle donc de lui !), était jusque là entouré de personnes dont on pouvait difficilement soutenir qu'elles étaient des "lumières" : des artistes comme Christian Clavier, Didier Barbelivien, ou encore, on s'enfonce, Johnny Hallyday et, je n'ai rien contre lui (vous avez pu le constater !) mais force est de constater que le "shit" lui a cramé quelques neurones, je veux parler de l'inénarrable Doc Gynéco, qui vient de pondre en hommage à sa nouvelle idole politique, un livre intitulé, ne riez pas, "Les grands esprits se rencontrent..." . Bref, jusque là, dans la cour de Sarkozy, pas beaucoup de représentants de cette fameuse "intelligence française". Mais dernièrement, la presse a relayé le ralliement de plusieurs "intellos", dont le minablissime André Glucksmann, et, plus inquiétant, le soutien du pourtant très subtil Pascal Bruckner, auteur d'essais plutôt pertinents et de beaux romans (dont "Les voleurs de beauté", que j'ai particulièrement apprécié). Et les bruits de couloir allant bon train, Alain Finkielkraut (et ses "Répliques à moi-même") serait lui aussi sur le point d'annoncer son ralliement. Un point commun à tous ces intellos : leur américano-sionisme forcené. Tout se tient...
Misères du désir... d'avenir
 
Sarkozy partout. Et Ségolène alors ? Que dire de Ségolène... Rien, puisque incontestablement c'est la candidate du rien. Du vide, du néant absolu. Ne cherchez pas chez Ségo une certaine puissance de vue, des analyses géopolitiques décoiffantes. Rien. Du rien camouflé sous des mots creux. Ségolène comme un symptome, diagnostiqué par Alain Soral (la féminisation comme fin du politique) ou Michel Schneider, auteur d'un remarquable "Big Mother, psycho-pathologie de la vie politique française", où il s'inquiète d'un Etat de plus en plus maternant, qui infantilise les citoyens... Ségolène, c'est Big Mother. Avec le sourire ("le sourire à visage humain", dixit Muray). Bref, Ségolène c'est rien. Allez, pour en rigoler un peu, car comme on dit, mieux vaut en rire qu'en pleurer... Un site parodique du "blog participatif" de la candidate PS, avec une compilation de ses plus belles perles : http://www.segocduvent.com/ 
 

Enfin, last but not least, "l'homme qui murmure à l'oreille des chevaux"...
 
Mais vous me direz, Sarko / Ségo, OK, mais zut alors, y aurait-il pas le fameux "3ème homme", oui, celui dont on parle tant ces derniers temps, j'ai nommé... François Bayrou ! Des mauvais langues diront qu'on nous refait le coup du 3ème homme, Chevènement en 2002 déjà (15 % d'intentions de vote, et... 5 % dans les urnes), alors que le véritable 3ème homme (ah cette expression !), c'est bien évidemment Jean-Marie Le Pen, mais bon passons... Il faut tout de même reconnaître à Bayrou sa détermination très "force tranquille" à vouloir rassembler les Français au-delà du clivage gauche-droite, dont on sait bien qu'il est de plus en plus artificiel. Bon le problème c'est que Bayrou, ben disons qu'il a pas trop de charisme quoi... Bayrou qui est aussi, involontairement, à l'origine de la "suspension" du journaliste Alain Duhamel. Histoire tout de même incroyable, que cette vidéo "pirate" montrant le "multi-cartes" Duhamel intervenant à une rencontre avec les Jeunes UDF de Sciences-Po et annonçant son intention de voter pour "l'homme qui murmure à l'oreille des chevaux" (dixit Bayrou himself chez Arlette Chabot). Et Duhamel, au passage, de fustiger l'aspect "totalitaire" d'Internet, ben voyons...
En tout cas, bon coup de pub pour Bayrou...

______________________________________________________
Bon ben voilà, c'est fini pour cette fois. Rdv au Blog Notes #2 !!!
 
 _______________________________________________________________________
 
 
 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tietie007 16/07/2007 15:27

La caricature de Charlie est plutôt "gentillette" ...il ne faut pas exagérer ! Ce sont plutôt les réactions aux caricatures danoises, qui m'inquiètent ...6 mois après leur sortie, curieusement, certains Etats où la réunion de 3 personnes passent pour un délit, la Syrie pour ne pas la citer, ont vu des manifestations monstres, d'une violence inouïe. Il me semble que certains manifestants ont détruit l'ambassade du Danemark à la masse ...
Il me semble que ces réactions sont légèrement disproportionnées ...si tout le monde faisait ça, la France serait à feu et à sang depuis longtemps !