Un vote de classe ?

Publié le par HONORE

Hier, je m'interrogeais sur la sociologie du vote de dimanche soir. La lecture détaillée des résultats dans la presse aujourd'hui conforte mon intuition : il s'agit bien d'un "vote de classe". Les chiffres sont éloquents : le Non atteint 69 % dans le Pas-de-Calais, 60 % à Roubaix, 78 % (!) à Lens, 60 % dans le quartier de Lille-Fives, 71 % chez les ouvriers... alors que le Oui l'emporte chez les cadres (67 %), et dans les villes à Paris, dans notre région au Touquet (67 %), à Bondues (77 % !), à Marcq-en-Baroeul (65 %), et à Lille le Oui fait son meilleur score, on s'en serait douté, dans le Vieux-Lille à 70 % ! Et l'emporte aussi (certes, d'une courte avance) dans le quartier de Wazemmes, ce qui prouve que la fameuse "bobo-isation" du quartier n'est pas qu'un mythe !

Alors, les commentateurs axent-ils leurs analyses sur cette fracture sociologique rendue manifeste ? Absolument pas... Comme on pouvait s'y attendre, on a le droit à une bonne dose de "moraline", qui cherche à culpabiliser les vilains "nonistes", qui ont voté comme ce méchant Le Pen (le toujours utile épouvantail), etc. etc. Le PS parle de rejet du gouvernement, sans aucunement se remettre en question. Les médias ne font aucune autocritique sur les résultats de leur bourrage de crâne (voir à ce sujet le dernier papier de l'excellent site Acrimed). En clair tout change et rien ne change...

En attendant, Chirac va nous nommer un nouveau Premier Ministre (le pauvre Raffarin a déjà fait ses cartons...) et un nouveau gouvernement. Je vous retrouve demain pour commenter ce changement politique, qui ne va certainement pas changer grand chose sur le fond...

Publié dans Politique

Commenter cet article