Après le Non...

Publié le par HONORE

55 %. Le Non a gagné à près de 55 %. C'était prévisible. Après des mois de propagande officiel en faveur du Oui, où le Non a littéralement été diabolisé, le peuple français a une fois de plus montré qu'il n'était pas près de se coucher devant ses élites, ses décideurs, qu'ils soient politiques, économique, médiatiques. La France reste le pays de la révolution de 1789... Une révolution qui a essaimé en Europe, et le Non français d'hier soir va sans aucun doute avoir un effet de contagion sur des voisins européens qui devront se prononcer dans quelques jours (je pense à la Hollande par exemple).

Mais après avoir regardé la soirée électorale à la télévision, on se dit que les "oui-ouistes" n'ont encore pas compris grand chose à ce qui s'est passé. Toujours la même arrogance, des commentaires à côté de la plaque, et encore et toujours cette vieille machine de guerre langagière, ce générateur de parler-creux politique, dont l'un des plus beaux représentants a été le Ministre de l'Economie au brushing impeccable, Thierry Breton, avec des phrases du genre "S'il vous plaît je vous ai laissé parler, alors ne me coupez pas la parole... Nous devons répondre à ce message envoyé par les électeurs par une nouvelle dynamique, nous devons replacer les réformes et l'innovation au coeur de l'action politique, réinventer un nouvel humanisme (sic), pour une France moderne dans une Europe du 21ème siècle...", etc. etc. Et si les électeurs avaient dit non aussi à cet insupportable charabia ?

En attendant, Chirac va donner sa désormais fameuse "nouvelle impulsion", Raffarin va sauter, Villepin va devenir 1er ministre, Sarkozy va paufiner sa stratégie de "présidentiable", et la gauche... Ah la gauche... Que va devenir François Hollande ? Bon à vrai dire, on s'en fout un peu !!!
Mais comme pour la dernière présidentielle, l'analyse politique devra se porter sur la sociologie de ce vote. En effet, le Pas-de-Calais a voté Non à 70 %, les ouvriers ont voté massivement pour le Non, et Paris la ville des cadres a voté pour le Oui. Les "intelligents", les cadres éclairés, les acteurs de "l'économie de la connaissance" ont voté Oui, alors que le populo, les ouvriers, les paysans, ces pauvres qui n'ont rien compris aux bienfaits de la modernité, ont voté Non.
Mais il n'y a pas eu qu'un vote d'humeur, de contestation, n'en déplaise aux commentateurs, il y a eu aussi des gens qui se sont passionnés pour la question européenne, qui ont lu la constitution, et qui ont voté Non après avoir lu attentivement le pavé pourtant illisible, mais qui ont refusé de cautionner des articles scandaleux (le fameux sur la "concurrence libre et non faussée", ou tel autre sur la subordination de la Défense européenne à l'Otan).

En attendant, la semaine à venir promet d'être assez riche politiquement, et je pense que tout cela va m'inspirer et que chaque jour je tiendrai mon "blog-notes" politique... Un petit commentaire avant de commencer la journée de travail entre le café et les croissants... Affaire à suivre donc !!!

Publié dans Politique

Commenter cet article